Patriotes en contrôle…Relaxez et appréciez le spectacle

SHUTDOWN MAJEUR À VENIR

Sur les différents comptes de patriotes militaires américains , ils semblent que les opérations de nettoyage de l’État-profond sont en cours d’exécution principalement en Allemagne actuellement. Les opérations aux États-Unis suivront dans les deux prochaines semaines et s’étendront jusqu’au 21 Avril 2020, selon les sources disponibles.

TOUS LES VOLS COMMERCIAUX INTÉRIEURS DES ÉTATS-UNIS, DU CANADA ET DU MEXIQUE SERONT INTERDITS DE VOL PENDANT LES OPÉRATIONS CLANDESTINES DE NETTOYAGE

Mil-ops Germany
D’accord Patriots – Je pars pour la journée – soyez bénis – Heureux de vous revoir de l’autre côté. Monkey out.

7 commentaires sur « Patriotes en contrôle…Relaxez et appréciez le spectacle »

    1. Les dates ne sont pas annoncées MAIS au Canada, les autorités ont déjà avisées que les vols aériens ne seront plus disponibles bientôt. Très…très…très imminent. Trudeau et Macron ne font que suivre les directives, ils ne contrôlent plus RIEN

  1. tu est au courant ?
    Le juge à la retraite de l’État d’Hawaï, James Dannenberg, a décidé de démissionner du barreau de la Cour suprême dans une lettre cinglante au juge en chef John Roberts. :
    https://explainlife.com/hes-gone-roberts-got-the-notice-hes-done-with-supreme-court-20515/?utm_source=ExplainLife.com&utm_medium=Carmine
    traduction :
    Elle a surpris tous ceux qui suivent la Cour suprême des États-Unis, mais à l’ère de l’antitrumpisme, un homme a atteint sa fin.

    James Dannenberg, juge à la retraite de l’État d’Hawaï, a décidé de démissionner du barreau de la Cour suprême dans une lettre cinglante adressée au juge en chef John Roberts.

    Il a passé 27 ans à la Cour de district du 1er circuit du système judiciaire de l’État et a également été professeur adjoint à la Richardson School of Law de l’Université d’Hawaï.

    Il a soumis la lettre le 11 mars et une copie s’est retrouvée sur le site d’information libéral Slate qui l’a publiée. Elle se lit comme suit.

    Cher juge en chef Roberts :

    Je démissionne par la présente de mon poste d’avocat à la Cour suprême.

    Cette décision n’a pas été facile à prendre. Je suis membre du barreau de la Cour suprême depuis 1972, soit depuis bien plus longtemps que vous, et j’ai comparu devant la Cour, en personne et sur dossier, à plusieurs reprises en tant que procureur général adjoint et premier procureur général adjoint d’Hawaï avant d’être nommé juge au tribunal de district d’Hawaï en 1986. J’ai une grande estime pour le travail de la magistrature fédérale et j’ai enseigné le cours sur les tribunaux fédéraux à la Richardson School of Law de l’Université d’Hawaï pendant une décennie dans les années 1980 et 1990. Cette estime s’est étendue aux mandats des juges en chef Warren, Burger et Rehnquist avant votre nomination et confirmation en 2005. Je n’ai pas toujours été d’accord avec les décisions de la Cour, mais jusqu’à récemment, je les ai généralement considérées comme le produit du raisonnement juridique dominant, qu’il soit libéral ou conservateur. Le conservatisme juridique que j’ai respecté – celui, par exemple, du juge Lewis Powell, d’Alexander Bickel ou de Paul Bator – a au moins consacré l’idée du stare decisis et a écarté l’idée d’un changement radical de la doctrine juridique à des fins politiques.

    Je ne peux plus dire cela avec certitude. Vous faites bien plus – et bien pire – que « appeler les balles et les grèves ». Vous permettez à la Cour de devenir un « garçon de courses » pour une administration qui ne respecte guère l’État de droit.

    La Cour, sous votre direction et avec vos votes, a bafoué sans raison les précédents établis. Votre majorité « conservatrice » a cyniquement sapé les libertés fondamentales en armant hypocritement les autres. Les idées de liberté d’expression et de liberté religieuse ont été transmogrifiées pour permettre le sectarisme et la discrimination officiellement sanctionnés, ainsi que pour élever les formes les plus grossières de corruption politique au-delà de la capacité du gouvernement fédéral ou des États à les réglementer de manière rationnelle. Plus d’une vingtaine de décisions prises au cours de votre mandat ont annulé des précédents établis – certains datant de plus de quarante ans – et vous avez voté à la majorité dans la plupart des cas. Il n’y a rien de « conservateur » dans cette tendance. Il s’agit d’un « activisme juridique » radical à son pire.

    Sans essayer d’écrire un article de revue de droit, je crois que la majorité de la Cour, sous votre direction, n’est devenue guère plus qu’une extension orientée vers les résultats de l’aile droite du Parti républicain, comme l’a vérifié la Société fédéraliste. Oui, la politique a toujours été un facteur dans l’histoire de la Cour, mais pas dans la mesure où elle l’est aujourd’hui. Même les règles courantes d’interprétation des lois sont subverties ou ignorées pour atteindre des objectifs politiques de manière transparente. Les justifications du « textualisme » et de l' »originalisme » ne sont que des feuilles de vigne qui masquent les objectifs politiques de la droite ; c’est de la pure casuistique.

    Vos déclarations publiques suggèrent que vous semblez préoccupé par la légitimité de la Cour dans l’environnement polarisé d’aujourd’hui. Nous devrions tous l’être. Pourtant, vos actions, malgré quelques bromures sur l’objectivité, disent le contraire.

    Il est clair pour moi que votre Cour revient délibérément à l’époque cruelle de Lochner et même de Plessy. Les seules libertés constitutionnelles finalement reconnues pourraient bientôt être limitées à celles qui sont utiles aux hommes riches, républicains, blancs, hétérosexuels, chrétiens et armés – et aux sociétés qu’ils contrôlent. C’est une erreur. Point final. Ce n’est pas l’Amérique.

    Je prédis que votre héritage sera finalement aussi diminué que celui du juge en chef Melville Fuller, qui a présidé à la fois à Plessy et à Lochner. Il pourrait encore devenir celui de son vénéré confrère le juge John Harlan l’aîné, un conservateur honnête, mais j’en doute. N’hésitez pas à me prouver que j’ai tort.

    La Cour suprême des États-Unis est respectée lorsqu’elle exerce une autorité et non un simple pouvoir. Comme on l’a souvent dit, vous êtes infaillible parce que vous êtes définitif, mais pas l’inverse.

    Je n’ai plus de respect pour vous ni pour votre majorité, et j’ai peu d’espoir de changement. Je ne peux pas vous démettre de vos fonctions parce que vous êtes titulaire d’un mandat à vie, mais je peux retirer tout soutien insignifiant que mon appartenance au barreau pourrait sembler apporter.

    Je vous prie de retirer mon nom des listes.

    Avec mes plus profonds regrets,

    James Dannenberg

    Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

    1. Oui, je savais pour sa démission mais c’est la première fois que je lis cette lettre….très interessant.
      Je vais te poser une simple question: Quel est ton feeling sur le président Trump….soit honnête, je veux vraiment savoir ton Guts feeling sur le personnage ?

      Pour l’instant Je vais me coucher, je suis crevé….je vais te lire demain….Ciao

      1. il est dans un combat qui me semble perdu d’avance en ce qui concerne MAGA les chiffres du chômage sont bidon et les emplois qu’il a réussi a créer ont coûtés cher en déficit budgétaire !
        les entreprises ne peuvent PAS rapatrier les emplois . coût salariaux trop élevés et système d’éducation défaillant comparé a la Corée du Sud, la Chine et la Russie !
        pour ce qui est de drainer le marais . . . l’Amérique a été constituer comme une mafia il peut juste nettoyer les pires !
        au mieux sont rôle historique se limitera a ramener les USA dans ses frontière sans déclarer de guerre !
        ce virus me semble un piège qui lui a été tendu . certains milieux dirigeant de la chine pourrait être dans le coup !
        Trump en lui même n’a pas compris la nature de la crise que traverse le pays il n’a pas de formation d’économiste mais il est honnête sincère et ne ment que pour être réélu pour le bien des USA . la crise est très très très grave !

  2. Maintenant, je saisi mieux ton état d’âme, je dois avouer sincèrement que j’ai pensé à ton scénario, cependant je reste optimiste que les choses tourneront en la faveur du président Trump d’ici l’ élection en novembre prochain. Je garde espoir car nous n’ avons plus d’autres options pour ce débarrasser de l’ état-profond.

    Je vais continuer à maintenir ce blogue tant et aussi longtemps qu’il le faudra jusqu’à la victoire finale. C’est maintenant ou jamais

    Roc, toi,moi, la population, NOUS POUVONS CHANGER LES CHOSES

    We The People….

    Allez bon dimanche et garde le sourire 😃

Les commentaires sont fermés.